solaire

D’abord nous allons devoir différencier entre le solaire photovoltaïque, thermique et passif :

  1. Le solaire passif (que j’appellerais le solaire du bon sens)
    La plus ancienne utilisation de l’énergie solaire consiste à bénéficier de l’apport direct du rayonnement solaire, c’est-à-dire l’énergie solaire passive. Pour qu’un bâtiment bénéficie au mieux des rayons du Soleil, on doit en tenir compte lors de la conception architecturale (orientation vers le sud, surfaces vitrées, etc.).
    Dans une maison solaire passive, l’apport solaire passif permet de chauffer tout ou partie d’un bâtiment pour un coût proportionnel quasi nul.
  2. Le solaire thermique (solaire « low-tech »)
    Le solaire thermique consiste à utiliser la chaleur du rayonnement solaire. Il se décline de différentes façons : le plus courament rencontré est le capteur solaire thermique (panneau plat ou tubes sous vide) pour chauffer l’eau sanitaire et/ou pour le chauffage (en règle générale un chauffage par le sol).
  3. Le solaire photovoltaïque : (solaire « high-tech »)
    L’énergie solaire photovoltaïque désigne l’électricité produite par transformation d’une partie du rayonnement solaire avec une cellule photovoltaïque. Plusieurs cellules sont reliées entre-elles sur un module solaire photovoltaïque. Plusieurs modules sont regroupés pour former une installation solaire. Le terme photovoltaïque peut désigner soit le phénomène physique – l’effet photovoltaïque – ou la technologie associée.

Déclinaison dans notre maison…

PASSIFstores orientables

Orientation plein sud, environ 50% de la façade sud est vitrée (avec un pourcentage plus élevé on rentrerait dans des problématiques sonores et de réverbérations). En utilisant du triple vitrage, le rapport entre apport solaire et perte de chaleur devient très nettement positif !
Et avec les dispositifs architecturaux (dépassement de la toiture, vitrages très réduits à l’ouest) nous évitons que le soleil rentre en été tout en le laissant pénéter la maison les trois autres saisons.
Donc, pour récapituler :

  1. nous avons toute la lumière sans avoir la chaleur en été
  2. … la lumière ET la chaleur en hivers 🙂
  3. et grâce à des stores EXTERIEURS et orientables nous réglons la température pendant les intersaisons .

THERMIQUE

5,6 m2 de capteurs thermiques orientés plein sud permettent de couvrir environ 60% de nos besoins en eau chaude sanitaire.
Les capteurs sont installés sur le toit depuis octobre 2009, nous allons enfin pouvoir goûter le plaisir de prendre des douches…encore plus chaudes :-). Notre consommation annuelle d’électricité devrait chuter sur l’année 2010 (avant l’installation des capteurs, l’eau était chauffée par une micro pompe à chaleur (1,2 kW)… durant 3 longues années, cette dernière a dû carburer pour assurer le confort de notre famille.

PHOTOVOLTAIQUE

Les capteurs photovoltaïques courent sur toute la bordure sud de notre toiture, soit 18,5 m2 de surface pour une production annuelle d’environ 2220 kWh.
Pour des raisons purement esthétique, nous avons opté pour une solution intégrée (tellement bien intégrée que la plupart des gens ne repèrent pas les capteurs).
capteurs dessouscapteurs dessus

capteurs

La bonne surprise, c’est qu’EDF achète l’électricité produite par des capteurs intégrés plus cher que celle produite par des capteurs en superposition des tuiles :

  • nous vendons le kWh 55 centimes, tandis que la personne ayant des capteurs « ajoutés » le vend 33 centimes (soit 22 centimes de moins)
  • nous achetons aujourd’hui le kWh à 9,41 centimes TTC en heures pleines (HP) et 5,54 centimes en heures creuses (HC) … nous avons donc opté pour la revente totale de l’énergie produite.
    màj: depuis que, pour des raisons d’éthique, nous avons changé de fournisseur (Enercoop), nous payons 10,46 centimes le kWh, tarif unique.  Enercoop ne propose pas de tarif heures pleines/heures creuses.
  • en revanche, du fait d’une assez faible consommation (malgré la PAC), nous avons pu passer avec un contrat moins cher, lié à une puissance de seulement 6 kVa. Pour comparaison : la plupart des maisons individuelles aujourd’hui sont connectées avec 9 ou 12 kVa. La différence n’est pas énorme (abonnement mensuel à 9,71 € TTC au lieu de 11,68 pour 9 kVa ou 20,89 pour 12 kVa) mais ça fait plaisir quand même.